Whale & See - Jour 4 - Nouvelle-Écosse - Retour du Monde - Le blog - Comptes-rendus et anecdotes de voyage autour du monde
Ce soir, nous dormirons à Cape Breton. Avant cela, on découvre nos premiers villages acadiens et mi’kmaq de la baie de St Georges.
Novascotia, nova scotia, nouvelle-ecosse, Canada, automne, autumn, rv, truck aménagé, fraserway, camping car, acadie, acadien, mikmaq, voyage, retour du monde, antigonish, pomquet, capebreton, cape breton, aulds cove, port hastings
23184
page-template-default,page,page-id-23184,page-child,parent-pageid-22979,bridge-core-1.0.5,cookies-not-set,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,columns-4,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive
 
novascotia_bannerday_4
Retour du Monde - Whale & See - Jour 1Retour du Monde - Whale & See - Jour 2Retour du Monde - Whale & See - Jour 3Retour du Monde - Whale & See - Jour 4Retour du Monde - Whale & See - Jour 5Retour du Monde - Whale & See - Jour 6Retour du Monde - Whale & See - Jour 7Retour du Monde - Whale & See - Jour 8Retour du Monde - Whale & See - Jour 9Retour du Monde - Whale & See - Jour 10Retour du Monde - Whale & See - Jour 11Retour du Monde - Whale & See - Jour 12Retour du Monde - Whale & See - Jour 13Retour du Monde - Whale & See - Jour 14'Retour du Monde - Whale & See - VideoRetour du Monde - Whale & See - Epilogue
RdM---NovaScotia_day_4

Bon la nuit fût un peu…compliquée, enfin pour moi. Pour une des première fois, Cécile a réussi à faire une nuit complète. Pour moi, l’exact opposé. Un coup de déprime (souvent au début d’un voyage), la décompression, de la fatigue un peu nerveuse m’a tenu éveillé une bonne partie de la nuit. Nuit qui fût venteuse et pour une des première fois, pluvieuse, très fortement pluvieuse.

 

Mais au petit matin la pluie a cessé et le vent est un peu retombé. Passé le petit déjeuner, le lavage de dents au-dessus d’un seau (et oui, on a l’interdiction d’utiliser l’évier), on décide de prendre notre café là où se trouvent les tables de pique-nique.

 

Au loin, on aperçoit la silhouette de Cape Breton, au dessus de la mer le soleil a trouvé un interstice par lequel il arrive à laisser échapper quelques rayons malgré les nuages chargés de pluie. La vue est assez chouette, et ce spot pour la nuit était une bien belle trouvaille.

Bien décidés à aller voir ce fameux phare de Cape George, nous prenons nos affaires pour faire les quelques kilomètres qui séparent le parking du phare. Planté au milieu d’un parc aux dizaines de bancs, seul un petit panneau nous en explique l’histoire, nous donne le nom de tous les gardiens. Hormis ça, le phare de Cape George est un peu décevant.

Certes la vue est dégagée jusqu’à Cape Breton et l’Île du Prince Edward si on se penche un petit peu, certes on aperçoit les thoniers ou le chalutier de sortie dans une mer déchainée, mais hormis ça, pas grand chose d’autre à dire.

Nous reprenons la route, pour continuer la péninsule de Cape George, bien décidés à faire le plein de notre camper qui a la jauge qui commence à crier famine. Et je n’ai aucune envie d’attaquer Cape Breton le ventre vide. Nous arrivons à Antigonish, la grosse ville du nord de la Nouvelle-Écosse.

 

Ville étudiante, d’aspect plutôt paisible, Antigonish a un certain charme. On en profite donc pour faire le plein et faire un arrêt technique et repartons en direction de Pomquet. Sur la route, les couleurs automnales sont belles et bien toujours présentes, les mignons petits marais aux pieds desquels on peut souvent trouver des grandes maisons les pieds dans l’eau, donnent envie de se poser au chaud dans un cottage, de faire un feu on regardant la baie.

N’ayant pas envie de prendre l’autoroute qui mène à Cape Breton – on sera tout de même obligé de le prendre un peu plus loin – nous avançons vers Pomquet avec en fond sonore CKJM, la radio acadienne qui émet depuis Chéticamp.

 

Pomquet est donc notre premier village acadien, notre première communauté. On voit fleurir les drapeaux de l’Acadie dans les jardins, les maisons arborent des étoiles sur leurs façades, et la radio nous donne les infos sur cette petite communauté.

 

A force de vouloir prendre la tangente, de bifurquer, on se perd un peu. On se fait la réflexion que dans cette communauté, hormis les axes principaux, toutes les routes secondaires ne sont absolument pas goudronnées, obligeant à un slalom constant entre les nids de poules, les flaques, les dévers. La cellule à l’arrière du 4×4 craque, couine, grince, ce qui ne nous rassure qu’à moitié.

 

Une fois tous ces chemins de traverse empruntés, sans trop savoir comment nous arrivons au Pomquet Provincial Park. Sur le chemin, avec le ciel bleu et les couleurs criardes des arbres, des locaux font leurs petites promenades dominicales à pieds ou à vélo. Au bout sur le parking du Park, personne, hormis deux ouvriers en pause déjeuner, en train de réparer les installations avant l’hiver.

Pour bien circuler au milieu du Park, des pontons serpentent au milieu de la végétation, donnant ainsi à la végétation, la possibilité de se développer sans entrave, sans « attaques » extérieures de l’être humain. C’est super agréable de s’y promener.

 

On tente d’abord d’aller voir la mer. Les couleurs de la végétation, les immenses dunes, et le vent fort, nous donnent un peu l’impression d’être le long de la Mer du Nord. Le vent est tellement fort qu’il ne décorne plus les bœufs, mais tous les animaux à cornes réunis. La radio annonce des vents de 70km/h.

Néanmoins, le froid et la force du vent s’oublient très vite, surtout dès qu’on quitte la plage pour continuer la promenade au milieu du Park. Au rythme de nos pas sur les pontons de bois savamment entretenus par des bénévoles, nous croisons des plants de baies non identifiées, des souches de pins brulés, des érables, de pins en pleine forme et tout un catalogue de flore aussi divers que variés.

 

Pomquet National Park est vraiment une belle surprise que l’on n’avait pas vu venir et que l’on découvre par hasard, avec un immense plaisir.

Après moult détours et croisements décidés au petit bonheur la chance, on arrive enfin à retrouver la Main Road, un petit bout, sans doute le début, de la fameuse Transcanadienne.

 

Alors que la route déroule, nous traversons Paq’tnkek, communauté Mi’kmak. Absolument pas indiqué sur nos cartes et sur aucune de celles qu’on a pu voir. C’est visiblement un jour de vote, puisque beaucoup de voitures sont garées devant le Community Center. On hésite. Est ce qu’on s’arrête pour rentrer, est ce que ça ce fait, est ce que ça ne se fait pas. On hésite, et on renonce.

 

On a par contre une petite idée sur le vote en question. Pour vous la faire courte, j’ai lu dans le journal d’Halifax, et confirmé par la suite sur les ondes de la radio acadienne, qu’en ce moment les Mi’kmak ne sont pas contents et ont des raisons de ne pas l’être. Shell veut en effet forer du pétrole dans la Baie du Saint Laurent sans demander l’autorisation aux communautés autochtones. Exactement le même schéma que pour les Sames dans le Nord de l’Europe. Sauf que voilà, plus le temps avance, moins les communautés se laissent faire, et elles ont raison.

 

Les médias en parlent à cause ou grâce à l’acteur américain Ethan Hawke qui possède une maison du côté de Tracadie. Fort de sa notoriété et se sentant concerné, il a décidé de parler en son nom et de rejoindre le combat des Mi’kmak, histoire que les médias en parlent.

On traverse donc Tracadie – sans voir sa maison -, Linwood, Monastery et on continue de longer l’ancienne route de Cape Breton qui remonte jusqu’à Cape Jack et Havre Boucher.

 

Arrivés à Aulds Cove, nous voyons se dessiner la langue de terre qui fait la jonction entre la Nouvelle-Écosse et Cape Breton. La digue est efficace puisqu’à droite, côté Strait of Canso, pas un pet de vague, tandis qu’à gauche, côté Saint Laurent et St Georges Bay, la mer moutonne avec rage. Le vent fait tanguer le camper avec assiduité, je dois maintenir le volant avec force pour ne pas sortir des lignes.

Nous passons le pont de métal qui nous souhaite la bienvenue à Cape Breton et tournons de suite à gauche, pour se poser sur le parking du Visitor Center, qui comme d’accoutumée est fermé en cette saison…

 

Je remarque, garé juste à coté de nous, un camping-car de marque française. Alors que je cherche une poubelle pour jeter un papier, je jette un coup d’œil sur la plaque : 38, l’Isère ! Des français, ici, avec leur propre camping-car !

 

Je vais pour remonter dans la voiture quand je vois la dame qui me fait signe de m’approcher, je les salue en français et tout étonné de voir d’autres français ici, nous commençons à discuter.

 

Dans le froid, nous taillons le bout de gras pendant pas loin d’une demie heure. Partis de la région de Grenoble au mois de mai, ils ont déposé leur camping-car sur un cargo depuis Anvers jusqu’à Halifax et se sont enchaîné 6 mois de road trip à travers les États-Unis, de l’Alaska à Bryce Canyon en passant par le Yukon, Terre-Neuve pour terminer leur périple par Cape Breton. Ils sont retraités, on eu des petits pépins de santé et ont décidé de tout lâcher pour s’organiser le voyage d’une vie, le trip d’une fois, de voir du pays, de faire des rencontres.

 

Ils nous donnent des conseils, nous racontent des anecdotes de voyages, nous parlent de leurs rencontres, sont curieux de ce que nous venons faire là. J’ai froid, eux aussi, j’aimerais continuer à discuter pendant longtemps, j’aimerais faire leur portrait avec mon Yashica, mais je manque de courage (encore une fois) et j’ai froid. Alors on se quitte, on leur demandant expressément de continuer sur cette voie, de préparer d’autres voyages, de continuer de vivre ainsi. Longue route à Madeleine et Gérard (Nous n’avons pas réussi à mettre la main sur le blog dont ils nous ont parler, mais seulement un vieux site datant de 2013).

 

Avant de nous quitter, ils nous ont conseillé un coin ou dormir sur notre route, à quelques kilomètres de Port Hasting : Troy.

 

On n’a pas envie de manger trop de kilomètres, on a envie de prendre notre temps, alors on décide d’aller voir et de prendre la décision sur le moment. En fait, tout le long de cette partie de Cape Breton, jusqu’à Inverness, se trouve un chemin de randonnée aussi bien piéton l’été, que de motoneige l’hiver, qui longe la berge de l’île. Troy, c’est plus ou moins la première étape. Le coin est sympa, un spot parfait pour un coucher de soleil si jamais les nuages décident de s’esquiver pour laisser place au spectacle.

Je peine vraiment à me réchauffer, de notre côté on a une autre option possible pour passer la nuit, alors on continue, en se disant qu’au pire, Troy peut nous servir de solution de repli.

 

Nous on cherche le Long Point National Park, on ne le trouve pas de suite, on passe devant la route sans le savoir, on se perd, on fait demi tour, pour enfin remarquer le panneau Walkers Cove Road. On prend la petite piste de terre, dépassant une maison, avec son thonier qui attend d’être mis à l’eau juste en face, et enfin nous arrivons sur un petit devers, face à la mer. Parfait, c’est là qu’on dormira.

 

Je remonte à pieds prendre en photo ce thonier qui sous un soleil oscillant entre l’orage et le coucher de soleil a une allure de fin du monde. Nous descendons sur la petite plage en contrebas pour apercevoir le courant extrêmement fort et le soleil se coucher derrière les nuages

Il fait froid, le vent souffle, et les -3°c annoncés par nos compatriotes du côté de Meat Cove, au nord de Cape Breton, me fait légèrement baisser le moral, mais chaque chose en son temps. Pour nous réchauffer le corps et l’esprit, nous nous cuisinons des hot-dogs pendant que le camper gîte sous les assauts du vent et que nous peinons légèrement à nous réchauffer.

Demain nous attaquons sérieusement Cape Breton, remontant la côte du côté de Little Judique en espérant que le temps nous sera clément, ou qu’un de nos campings repérés en amont sera ouvert afin de se réchauffer et de recharger les batteries. Toutes les batteries.

Pas de commentaires

Les commentaires ne sont pas disponibles sur cette page.