Snæland - Jour 3 - L'hiver dans le nord de l'Islande
Au programme de cette journée : la péninsule du Skagi, avec un passage à Blönduós, et un déjeuner (presque) devant la mer du Groenland.
islande, iceland, hiver, nord, myvatn, akureyri, reykjavik, snaefellsnes, europe, retour du monde, road trip, roadtrip, photographie, photography, carnet de voyage, aurore boréale, monde, voyage, tourisme,
16569
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16569,page-child,parent-pageid-19674,bridge-core-1.0.5,cookies-not-set,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,columns-4,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive
 
islande_bannerday3
Retour du Monde - Islande - Jour 1Retour du Monde - Irish And Chips - Jour 2Retour du Monde - Islande - Jour 3Retour du Monde - Islande - Jour 4Retour du Monde - Islande - Jour 5Retour du Monde - Islande - Jour 6Retour du Monde - Islande - Jour 7Retour du Monde - Islande - Jour 8Retour du Monde - Islande - Jour 9Retour du Monde - Islande - Jour 10Retour du Monde - Islande - Jour 11Retour du Monde - Islande - Jour 12Retour du Monde - Islande - Epilogue

Un vent étourdissant qui ne gêne pas les corbeaux islandais

Islande-Map_day3

On va de plus en plus à l’est, et ça se vérifie au lever du soleil. Il se lève de plus en plus tôt et est entouré ce matin d’un ciel clair.

 

Ce matin, Johan du Gauksmýri Lodge nous accueille avec un super petit dej. Il faut prendre des forces, alors on se fait plaisir, surtout que la vue et le fait d’être les seuls clients ne donnent pas vraiment envie de se presser.

On jette un œil sur l’état des routes, et on décide d’aller tenter la petite route à l’est de la péninsule du Vatnsnes. C’est une autre partie de la route 711 tentée hier.

 

On quitte donc la route principale pour s’engager dans celle ci, la route 717. Mais à peine engagés dessus qu’on fait déjà notre premier arrêt. Au-dessus des montagnes, le soleil se lève derrière les nuages donnant à ces derniers des teintes de rose et de violet.

Apparemment, le point de vue sur le lac au bout est magnifique, c’est vrai, battu par les vents, ce lac gelé est coincé entre deux montagnes. Le soleil qui joue derrière les nuages ne nous réchauffe pas, mais il est présent, pour nous donner une belle lumière sur l’étendue de glace.

 

C’est aussi l’occasion de voir notre premier arc-en-ciel de la journée. Nous en verrons 16 dans la journée en tout et pour tout.

Néanmoins il faudra plusieurs heures au soleil pour arriver à son firmament et passer enfin au-dessus des montagnes. En attendant, les cimes de montagnes dégagent des fumeroles de neige, illuminées par la lumière naissante du soleil.

On reprend la route, et on rejoint la route n°1 jusqu’à Blönduós, longeant les champs non pas inondés, mais gelés. En passant, des nuages de neige aux formes étranges se montrent au loin ou jouent avec la cime des montagnes.

Ca saute aux yeux, il y a 2 paysages différents dans le même paysage. Les montagnes enneigées et les champs verglacés. On commence aussi à voir, à travers les nuages chargés d’eau aux formes assez épatantes, nos premiers arcs-en-ciel, ce sera loin d’être les seuls…

La ville de Blönduós sera un arrêt essence, mais aussi l’occasion de faire un tour du côté de l’église, en haut d’une colline. Bâtie par un architecte local, elle est en forme de cratère volcanique, de couleur sombre, et récente : elle date des années 90.

On reprend la route sous notre énième arc-en-ciel.

 

Et c’est là que nous quittons la route n°1 pour un long moment. On bifurque sur la gauche sur la route 74, direction Skagaströnd, porte d’entrée de la péninsule du Skagaheidi ou Skagi.

Skagaströnd, on ne dirait pas comme ça mais c’est la capitale de la musique country. Ca peut surprendre, mais les Islandais sont juste dingues de ce type de musique.

 

Et en l’occurrence le propriétaire du « Kántríbær », ayant travaillé sur la base américaine de Keflavik, a découvert cette musique et a perduré sa passion avec cet endroit.

 

Il ouvre en même temps un musée et une station de radio. Malheureusement, c’est fermé mais c’était important de le mentionner ! La ville dégage un quelque chose d’ailleurs sans trop savoir où.

 

L’activité est calme, hormis quelques gamins, et deux voitures, on ne croise pas grand monde en ce samedi après-midi. Là encore l’église vaut le détour, à croire qu’en Islande, c’est tout ou rien, soit ancienne en bois, soit moderne à l’architecture recherchée.

On quitte Skagaströnd, pour remonter sur la route 745, route de gravier par excellence.. Qui est réellement un talus en terre entre une petite montagne sur notre droite, les champs et la mer sur notre gauche. Les maisons les plus isolées les unes des autres s’enchaînent, ainsi que les arcs en ciel.

 

Du fait de nombreux nuages, souvent sur la mer ou la montagne, on continue de voir des arcs-en-ciel qui se complètent au-dessus de la route. Jusqu’à la pause déjeuner, c’est un paysage désertique et sombre qui borde la route.

On s’était promis de manger face à la mer du Groenland, on avait même trouvé un village sur la carte. Sauf que voilà, les noms marqués sur les cartes, ce qu’on peut prendre pour des villages, en réalité ce sont souvent simplement le nom d’une maison ou d’une ferme ou deux. Alors on continue la route jusqu’à ce que notre estomac perde patience.

 

On s’arrête alors à l’endroit qui nous semble le plus sympa pour faire nos traditionnels sandwichs : un lac dégagé et complètement gelé. Sur le lac deux locaux font de la pêche dans la glace. En haut le soleil brille et nous réchauffe.

Bien rassasiés, on reprend la route, et après quelques centaines de mètres, avec la mer à gauche, on aperçoit un rocher en forme de visage. Au sol, la neige contraste avec les touffes herbeuses couleur d’or un peu passé, les couleurs sont belles, l’harmonie parfaite.

On hésite un peu à grimper le talus pour s’approcher du bord de la falaise. On voit alors arriver une voiture d’où sort un touriste comme nous, sauf que lui ose grimper le talus, et là en redescendant ils nous lance en anglais « There is a waterfall, I’m gonna take my camera ».

 

On grimpe à notre retour, on regarde et en effet, à quelques centaines de mètres, au bord de la falaise, se déverse une petite cascade sur un énorme rocher, glacé, car battu par les vents. Je cours à la voiture moi aussi.

Pendant ce temps Cécile en profite pour discuter avec eux. Comme souvent dans le hasard des rencontres que l’on commence en anglais, elle se rend vite compte que nos collègues touristes sont des belges francophones.

 

Armé de son téléobjectif, monsieur prend des photos, je fait bien pâle figure avec mon 50mm. La discussion s’engage, ils font une boucle similaire à la nôtre mais en sens inverse. Ils sont venus plusieurs fois en Islande, mais n’ont jamais vu d’aurores boréales.

On se quitte après un petit quart d’heure de discussion et d’échange et la route reprend.

 

Au loin se détache Tindastóll, une montagne majestueuse de 989 m qui vient mourir dans la mer. Sans doute ma montagne préférée de ce voyage. Encore un énième arc-en-ciel. Juste avant de bifurquer sur la route 745, nouvelle pause pour profiter de la vue et du soleil qui décline.

La 745 longe le Tindastóll, et comme la veille, petit à petit le paysage change, la route monte, tout autour de nous se transforme en un magnifique désert blanc bercé par une lumière diaphane. Il faut savoir que de cette route part une toute petite route qui mène à des pistes de ski.

 

On arrive à son sommet et en attaquant la descente, le paysage redevient plus classique, comme si de rien n’était, comme si ce n’était qu’un souvenir, un beau souvenir.

Sur l’une de nos cartes on remarque qu’on peut attaquer la montagne par l’autre versant, encore une fois, malgré la fatigue on tente le coup, surtout qu’il semble y avoir un hot spot caché dans le coin. La route se fait plus petite, la montagne et ses écailles de pierre à gauche, les falaises et l’océan à droite.

 

Petit à petit la route se rétrécit, après avoir été coursés par des chiens d’une ferme, elle se fait surtout plus verglaçante, vraiment verglaçante. Une montée faite d’ornières de glace nous occasionne une jolie frayeur qui nous faire dire deux choses : Ce 4×4 américain ne semble définitivement pas à la hauteur, et deux « je pense qu’il est préférable de faire demi-tour ».

 

Après une manœuvre compliquée, et un second coup de flip, on fait le restant du chemin en silence, jusqu’à rejoindre la route direction Sauðárkrókur. Ville vide, moderne, un peu canadienne dans l’archi des maisons, un peu d’ailleurs encore une fois. Elle nous laisse une impression bizarre, comme si la ville n’avait que quelques années et que tout n’était pas terminé.

 

Après s’être plantés de route, fait demi-tour, on prend la route 752 en direction de notre hébergement, perdu au fin fond du cul du fjord. On se pose là, après avoir tenté de monter le chemin qui y mène lui aussi verglacé, nous achevant de penser à tout le bien des capacités tout terrain de notre véhicule.

Au chaud, après une bière locale bien méritée, et un bon repas, on s’affale attendant que notre amie nous envoie un sms pour les aurores boréales, car n’ayant pas le Wi-Fi nous l’avons chargée d’être notre œil de Moscou.

Vers 23h les choses commencent un peu à s’agiter, les différents sites de prévisions ne donnent pas tous la même force mais quoi qu’il arrive, elles sont de sortie ce soir, reste à savoir à quel moment et avec quelle intensité.

 

23h10 on craque, un œil dehors, rien. On saute dans la voiture, on s’éloigne des lumières de notre maison et on espère pouvoir un peu masquer la pleine lune. On trouve un bon spot et on lève les yeux au ciel. Rien de chez rien, si ce n’est une pleine lune qui donne à la lande gelée des allures de patinoire et de miroir.

J’en profite pour tester de voir comment ça rend, et là sur ma première image, une toute petite aurore. Invisible à l’œil nu. On se remet alors y croire. Passe un premier thé, quelques photos tests histoire de voir si les choses bougent, mais non.

Cécile a froid, on est fatigués, je retourne à la voiture pour ranger l’appareil. Je tourne la tête pour appeler Cécile, et là je vois au dessus du fjord des signes qui ne trompent pas, des nuages qui n’en sont pas.

 

Très légères, en rideau pas de doute ce sont des aurores. A peine le temps de ressortir l’appareil que Cécile a compris elle aussi, et le message de Sophie :  » Dehoooooooors ! » vient confirmer les choses.

 

Et là… Comment vous dire ça ? Les plus belles aurores qui nous ont été donné de voir, magistrale, monstrueusement grande, juste au-dessus de nous, au milieu de ce vortex de particules qui donne à voir du vert, du blanc, et surtout du rouge, rose, malgré la pleine lune.

Pendant 20, 25 minutes elles nous ont sorti leurs plus beaux récitals, leurs plus beaux costumes, et surtout l’une de leurs plus belles chorégraphies, ça part sur un axe Est/Ouest, elles s’enroulent, se déchirent, se recomposent.

Les verts sont éclatants, et je vous jure que ce n’est pas retouché à l’extrême.

 

On reste comme ça 55 minutes par -10°c à se prendre une gifle, à retrouver la même joie que les premières fois, à en trembler d’émotions, à ne plus savoir où donner de la tête. Presque rassasiés, car on ne l’est jamais vraiment de ce genre de spectacle, on prend le chemin du retour, chemin que les aurores aussi semblent avoir pris.

On s’arrête une dernière fois, pour regarder les aurores disparaître au-dessus de la rivière gelée, espérant les voir se refléter, mais leur lumière décline.

Et là arrivés à la maison, Sophie nous envoie un SMS : « Tempête à 6,33kp dans 50 minutes ». Autant dire que le spectacle est loin d’être terminé.

 

A 2h du matin toujours rien dans le ciel, je craque, la fatigue de la route, les heures passées dans le froid ont raison de moi. Je file me coucher et ferme les yeux sur des millions de couleurs.

 

On apprendra plus tard, que les prévisions furent mises à jour, et la suite de la tempête n’eut pas lieu.

1 Commentaires
  • Mr Puffin
    Posted at 23:31h, 01 janvier Répondre

    Vraiment magnifique vos photos, et celles des aurores je n en parlent même pas.

    Pour le 4×4 sur les routes verglacées c’est normal : les compagnies de location islandaise n’équipent pas leur 44 de pneus cloutés ou neige, donc vous vous retrouvez avec des bons gros pneus larges… Pas top en hiver, mais toujours mieux qu’une 2 roues motrices des locations..

    Vraiment belles vos photos d’aurores, vous avez bien fait d’attendre! Allez j y retourne juste pour le plaisir des yeux!
    Moi pour le moment je n ai pas trop réussi a les photographier 🙁

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.