Irish & Chips -Epilogue - 5 jours dans le Kerry en Irlande
Voici tout ce que nous avons emporté et rapporté de notre voyage en Irlande : cartes, guides et quelques chiffres marquants du road trip.
Irlande, Ireland, Iveragh, péninsule, peninsula, Cork, Killarney, Portmagee, Valentia, Skellig, Kerry, europe, retour du monde, roadtrip, road trip, photographie, photography, carnet de voyage, monde, voyage, tourisme
18623
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-18623,page-child,parent-pageid-18245,theme-bridge,bridge-core-2.0.7,cookies-not-set,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,columns-4,qode-theme-ver-20.3,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.1,vc_responsive,elementor-default
 
irish_bannerdayepi
Retour du Monde - Irish And Chips - PrologueRetour du Monde - Irish And Chips - Jour 2Retour du Monde - Irish And Chips - Jour 3Retour du Monde - Irish And Chips - Jour 4Retour du Monde - Irish And Chips - Jour 5Retour du Monde - Irish And Chips - Jour 6Retour du Monde - Irish And Chips - Epilogue

Il est vrai que nous ne sommes partis que 5 jours sur l’anneau du Kerry, mais quel dépaysement et quels paysages ! Cela nous a rappelé aussi un peu le rythme de l’ArcticRoadTrip : changer tous les jours d’hébergement, vivre un peu (beaucoup même) dans la voiture, y faire et manger les sandwiches lorsqu’il pleut dehors par exemple… Même si 5 jours, c’est vraiment court, ce voyage aura été une bonne pause avant l’hiver : du fait d’une très belle arrière-saison, comme en France, les paysages irlandais avaient encore leurs couleurs d’automne, mais aussi des arbres fleuris qui se mêlaient aux bleus et gris froids des cieux et des rochers.

 

Ce fut un grand bol d’air, aussi bien dehors : la pluie et le vent, ça vivifie, que dedans. Tous nos hôtes ont été d’une grande prévenance et d’une réconfortante gentillesse, toujours à demander d’où nous venions, ce que nous prévoyions de faire, ne faisait que confirmer la légendaire amabilité des Irlandais. Même si le village est désert, ou que nous étions au fin fond d’une vallée, sans un bruit autour, les irlandais nous ont toujours accueillis avec grand sourire et leur fameux « How are You ? ».

 

A posteriori, on pense avoir été chanceux au niveau de la météo. A part le trajet sous la pluie entre Portmagee et Kenmare, qui était notre plus grosse étape, les averses n’étaient que passagères. Et puis un bord de mer sans changement de temps permanent, ça n’existe pas…

 

Concernant la période de voyage, on ne regrette absolument rien. Au vu des infrastructures en place : hôtels, restaurants en nombre, on imagine plus que bien la marée humaine qui doit déferler l’été. Et on en profite encore plus en plein mois de novembre.

Cartes et Guides

Une carte et un guide cette fois-ci (oui on s’améliore, mais il en faut toujours un peu !). Nous remercions d’ailleurs le Guide Michelin pour leur soutien et on a d’ailleurs pu découvrir le lifting éditorial qui a été fait sur ce guide. Le guide vert, c’est notre madeleine de Proust, il a accompagné nos enfances respectives en voyage, et c’est toujours un plaisir de s’y replonger. On y retrouvera bien sûr les précisions culturelles et historiques qui font la spécificité du guide vert mais on a eu le plaisir de découvrir une nouveauté : une page par ville avec une sélection serrée de restaurants et hôtels. Une page qui nous a servit à Killarney, le soir de notre arrivée !

Comme à notre habitude, pas de GPS, juste une bonne vieille carte. Concernant celle-ci, elle nous a bien sûr suffit, mais j’y mettrais tout de même un petit bémol concernant la précision des toutes petites routes, qui n’y sont pas. Heureusement que nos hôtes nous ont donné des plans plus « touristiques », qui nous ont permis de découvrir des petites routes, voir des chemins invisibles sur notre carte classique.

Quelques chiffres :

  • 436 km effectués
  • 1 plein de Sans Plomb 95 (unleaded) : 1,54 € pour le moins cher et 1,59 € pour le plus cher
  • Prix de l’Aller/Retour par Aer Lingus : 130 € par personne, avec un bagage pour deux en soute (30€ par bagage pour l’Aller/Retour)
  • Prix de location de voiture par Hertz : 135 € pour 4 jours
  • Les prix des hébergements ont oscillé entre 50 € (l’hôtel à Cork et le B’n’B du 2e soir, vers Caherciveen) et 115 € (qui était le Moorings à Portmagee). La moyenne s’est située plus entre 50 et 60 €, pour des B’n’B avec petits déjeuners inclus et répertoriés sur le site officiel, très intuitif: https://www.bandbireland.com/

On a mis d’autres chiffres un peu moins sérieux sur notre blog, dans notre article bilan.

436

Kilomètres

2°c

Au plus froid

13°c

Au plus chaud

248

moutons

Informations Pratiques :

Les Routes :
L’Irlande ayant obtenu des aides européennes il y a quelques années, la plupart des routes nationales et départementales sont en bon état, avec au sol, des petits plots réfléchissants très utiles à la conduite de nuit. Lorsqu’on s’enfonce sur les chemins, l’état des routes peut surprendre : nous sommes tombés sur des chemins très bien entretenus et d’autres pleins de nids de poule, mais en tout cas, toutes les routes en dehors des axes principaux sont assez étroites, et lorsqu’on n’a pas l’habitude de la conduite à gauche, cela demande plus de vigilance et d’attention. Sinon, les Irlandais sont très calmes au volant, et assez polis. Sur la route, à peine arrivés, nous n’osions pas rouler trop vite, et la file derrière nous s’allongeait, et pourtant il n’y eu aucun appel de phare ni klaxon. La vitesse sur ce type de route n’est pas très élevée et varie constamment : pour les passages piétons par exemple, la route se rétrécit et la signalisation se voit de loin. Sur les petites routes, à chaque fois que vous laisserez passer quelqu’un, vous verrez qu’on vous remerciera toujours d’un index levé en l’air. C’est un pli que l’on prend rapidement.

 

Code de la route :
Notre vitesse la plus rapide a dû être autour de 80 km/h, et elle se situait sur les petites routes et en ville, aux alentours de 50 km/h. La limitation officielle est de 90 km/h sur les routes de type nationale, et 50 km/h en ville, comme chez nous. Les arrêts et sur les bords de routes sont assez peu nombreux et souvent mal ou pas du tout signalés.

 

Climat :
Il semblerait que le mois de juillet serait le mois le plus sec de l’année…tout ça pour dire que quel que soit la période l’année, vous aurez de grandes chances d’avoir tout de même droit à votre douche quotidienne, qui prévient rarement de son arrivée. En l’occurrence en ce mois de novembre, nous avons eu de la chance, car nous avons vraiment eu un seul « vrai » jour de mauvais temps (bon en fait un bon gros jour et demi), avec pluie et brouillard sans discontinuer et ce, toute la journée. Lorsque nous sommes partis, les deux semaines suivantes étaient prévues très ensoleillées… Vous pouvez vous reporter au site local de la météo Met Éireann.

 

Station essence :
Sur l’anneau du Kerry, on ne peut pas dire que les stations essence manquent. C’est souvent la station qui fait office de boutique à la sortie du village. Et puis nous avons bien tenu un plein en 5 jours. Nous avons rempli le réservoir environ 40 km avant Cork, avant de rendre la voiture. Les prix sont globalement les mêmes mais si vous n’êtes pas pressés, prenez le temps de comparer les prix.

 

Divers :
Nous étions un peu plus au nord et à l’ouest de Paris, les jours étaient donc plus courts. La nuit tombe rapidement, aux alentours de 16h30, le soleil décline. Le phénomène s’accroit par jour de mauvais temps. Par contre, à partir de 7h30, le jour est levé.

 

En conclusion :

Ce voyage, notre premier en Irlande pour tous les deux, fut un sacré bol d’air comme espéré. Le Kerry a l’avantage de pouvoir proposer en l’espace de quelques kilomètres d’écart, des paysages montagneux car situés en plein cœur des MacGillycuddy’s Reeks, la chaîne montagneuse la plus importante, mais aussi les paysages côtiers, d’où se découpent des falaises abruptes et impressionnantes face à l’immensité de l’Atlantique. Par conséquent les paysages sont rapidement différents. On avait l’avantage d’avoir peu de kilomètres journaliers à effectuer, ce qui comme à notre habitude nous laissait le temps de pouvoir modifier notre itinéraire, de s’arrêter autant de temps que nous le souhaitions, le tout sans avoir à cavaler après. Cette période du mois de Novembre fut aussi un bon pari, car il faut savoir que la boucle de l’anneau du Kerry est un lieu extrêmement touristique lors de la haute saison, où les bouchons des cars de touristes sont légions. Ici nous étions bien souvent tout seuls avec la nature comme seule compagne de route. Revers de la médaille, à cette saison le temps plus humide et surtout plus instable, mais peut s’avérer agréable. Pour nous qui ne connaissions pas le pays, l’anneau du Kerry nous a semblé être une très bonne porte d’entrée puisqu’il nous a donné envie de revenir et d’explorer encore plus le pays.

1 Commentaires
  • Alex
    Posted at 00:21h, 01 juillet Répondre

    Merci pour cet article absolument magnifique! C’est une vraie bible pour quiconque souhaite se rendre en Irlande! J’adore lire vos carnets et les cartes sont magnifiques!
    Bravo!

    Alex
    http://www.MrSwaggy.net

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.