Arctic Roadtrip - Jour 5 - Norvège, Suède, Finlande
Sous un grand soleil, on retourne à Tromsø pour notre jour off, pour une visite culturelle de la ville.
Suède, Norvège, Finlande, Abisko, Kiruna, Tromso, Narvik, Enontekio, Scandinavie, Ice Hotel, cercle polaire, hiver, nord, europe, retour du monde, road trip, roadtrip, photographie, photography, carnet de voyage, aurore boréale, monde, voyage, tourisme,
18956
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-18956,page-child,parent-pageid-18638,theme-bridge,bridge-core-1.0.6,cookies-not-set,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,columns-4,qode-theme-ver-18.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
 
arctic_bannerday5
Retour du Monde - Arctic Roadtrip - PrologueRetour du Monde - Arctic Roadtrip - Jour 2Retour du Monde - Arctic Roadtrip - Jour 3Retour du Monde - Arctic Roadtrip - Jour 4Retour du Monde - Arctic Roadtrip - Jour 5Retour du Monde - Arctic Roadtrip - Jour 6Retour du Monde - Arctic Roadtrip - Jour 7Retour du Monde - Arctic Roadtrip - Jour 8Retour du Monde - Arctic Roadtrip - Jour 9Retour du Monde - Arctic Roadtrip - Jour 10Retour du Monde - Arctic Roadtrip - Epilogue
Arctic-Roadtrip-Map_day5

Ce matin, on l’avoue, on a pris notre temps. Beaucoup de route hier, et on s’enchaîne les étapes depuis Kiruna. Par ce temps plutôt froid, les batteries, aussi bien celles des appareils que les nôtres, se déchargent vite.

 

On redescend donc sur Lyngseidet, et on en profite pour repérer l’embarcadère que l’on doit prendre demain matin pour continuer notre chemin. Je remarque un gigantesque Père Noël en bois caché parmi les sapins, et je me souviens que quand j’étais venu avec mes parents, j’avais déjà flashé dessus.

On fait donc la route en sens inverse, c’est l’occasion de voir si les paysages que l’on avait imaginé sont vrais ou non. La petite route qui nous emmène jusqu’au ferry de Svensby est petite et pas large, elle serpente parmi un fjord « miroir », qui reflète les montagnes. On ne croise pas grand monde sur la route. A croire que le flot de voitures n’est là que lorsqu’un ferry arrive.

Arrivés au petit port de Svensby, d’où l’on a débarqué la veille, on voit que notre ferry est à quai. Chouette on n’aura pas à attendre…Et bien si, puisque c’est la pause déjeuner des matelots alors comme tout le monde, on patiente.

Le petit kiosk à la sortie de l’embarcadère est fermé, malheureusement. Alors pour éviter d’avoir la tête comme un compteur à gaz durant le temps de la pause, on s’éloigne des deux camions qui laissent leurs moteurs tourner et on va se poser sur la plage, face au fjord, on tente vainement de se réchauffer avec le soleil.

On finit quand même par monter dans le ferry. Cette fois-ci, contrairement à la veille, on a pu monter dans la salle commune, histoire de se poser et de profiter du paysage. Les ferrys en Norvège, c’est un peu comme le RER ou le taxi.

 

C’est le moyen le plus rapide pour aller d’un fjord à un autre. Par contre contrairement aux transports en commun parisiens, ce n’est pas l’affluence. On doit être grand maximum 6 ou 7 ce midi-là.

Je profite des quelques minutes de traversée restantes pour me balader sur le M/F Jæggevarre et prendre quelques photos des fjords alentour.

Une fois débarqués, on reprend la route et on avale les derniers kilomètres jusqu’à Tromsø en calant la radio sur NRK Sami, la radio officielle des Sames en Norvège.

 

Arrivés à Tromsø, c’est déjà l’heure du déjeuner. Pour ça on a repéré dans les guides un petit resto pas cher (enfin…) le Knoll Og Tott où se croisent étudiants, familles et dockers. On craque pour une bakt potet, pomme de terre au four, aux crevettes et à la crème.

Après cet intermède culinaire, c’est sous un beau soleil, un temps dégagé et un vent (très très) frais qu’on décide d’attaquer le Nordnorsk Kunstmuseum, autrement dit le musée des arts du nord de la Norvège.

Le musée est gratuit (oui vous avez bien lu) et présente différents artistes norvégiens et étrangers. On a la chance de voir une petite expo temporaire sur la célébration de l’anniversaire de la première venue du roi Oskar II à Tromsø. Quelques vielles photos, mais surtout la truelle dorée qui a permis au roi de poser la première pierre du monument du Cap Nord.

On déambule alors dans les 3 étages agréables du musée où les tableaux nous rappellent les paysages traversés : fjords et cieux très nuancés. Il y a de nombreuses peintures des Lofoten, mais également du Svalbard, en passant par des toiles de grandes scènes historiques norvégiennes. On notera le tableau de Laestadius prêchant pour quelques sames, peint par un français, François-Auguste Biard.

 

On reste surtout scotchés devant un tableau du Spitzberg peint par l’allemand Franz Wilhelm Schiertz. Un tableau de toute beauté, que je prends en photo discrètement car c’est interdit. Oups…

 

Pour les 150 ans de la naissance d’Edward Munch aura lieu une grand rétrospective à Oslo. En attendant la date de l’exposition, l’autoportrait à la cigarette se balade dans tout le pays, protégé dans une énorme valise blindée. Par contre là, vu le nombre de caméras je n’essaye même pas de faire une photo !

En sortant du musée, on s’aperçoit qu’on y a passé plus de temps que prévu, et qu’on a loupé de quelques minutes la visite de la brasserie Mack (la brasserie la plus au nord du monde…enfin jusqu’en 2010), d’ailleurs signalée dans aucun guide.

 

Alors on décide de pousser jusqu’au musée Polaria, musée sur la vie du monde polaire. 17h passés, forcément il est fermé. On traîne donc autour de la belle architecture, on regarde de plus près la sculpture de Roald Amundsen, le célèbre explorateur et on admire derrière la vitre, sous une cloche de verre, le dernier bateau chasseur de phoque. Le Polstjema.

On attaque, comme la veille, l’ascension des rues de Tromsø où l’on a garé notre voiture. On prend le temps d’écrire les cartes postales sur le tableau de bord et on se remet en marche direction le ferry, les Alpes du Lyngen.

 

Tromsø nous laisse un sentiment de ne pas avoir tout découvert, il faudra que l’on y retourne. De plus, l’ambiance y est vraiment agréable, sans être trop envahie par les touristes et les traditionnelles boutiques de souvenirs.

 

Dernière nuit dans notre « House of Europa », ce soir pas d’Aurores Boréales et demain, on retourne dans notre pays de cœur : La Finlande.

4 Commentaires
  • Candy
    Posted at 02:03h, 23 décembre Répondre

    Bonjour
    Merci pour ce beau site et ce super recit ca donne vraiment envie 🙂
    Je prepare un court sejour pres de trolso pouvez vs me dire ou avez vs loge ? Votre cabine est trop jolie !

    Candy

  • Culin Alexandra
    Posted at 23:04h, 20 novembre Répondre

    Bonjour,

    Je me permets de vous contacter car j’ai découvert votre blog. Avec des amis, nous aimerions aller en laponie suédoise et norvégienne début mars. Mais nous avons plusieurs questions à vous poser :
    – Quand vous avez loué une voiture, avez vous déposé la voiture dans la même ville. Car lorsque je regarde la location de voiture à Kiruna et dépôt à Tromso, cela coûte 600 euros en plus….
    -Si vous deviez choisir entre Kiruna ou Tromso, que choisiriez vous?
    – Avez-vous eu des difficultés à conduire par temps de neige? Les routes sont elles facilement accessibles?

    Un tout grand merci pour votre réponse,

    Cordialement,

    • retourdumonde
      Posted at 16:06h, 21 novembre Répondre

      Bonjour Alexandra,
      Alors pour répondre à vos questions dans l’ordre :
      – Nous faisons toujours des boucles, nous avions donc pris et déposé notre voiture à Kiruna. C’est normal que ce soit cher, les loueurs appellent ça des frais d’abandons et afin d’éviter des disparités de véhicules d’une ville à l’autre, ils font toujours payer en plus le fait de rendre la voiture dans une autre ville et là en l’occurrence un autre pays.
      – Tromsø sans trop d’hésitations. Kiruna est une petite ville (grande pour l’extrême nord de la Laponie), elle recèle de pleins de points de départs pour beaucoup de randonnées, mais Tromsø est une ville plus importante, plus dynamique, plus varié tant commercialement que culturellement.
      – Aucune. Les voitures louées sur place possèdent à minima des pneus neige mais biens plus souvent des pneus à clous pour une meilleure adhérence sur la neige et la glace. Il faut juste faire attention à ne pas avoir des mouvements brusques, être relativement souple sur la conduite (comme quand il pleut) et faire attention à la faune locale (renne, élan,…)
      N’hésitez pas à nous faire un mail si vous avez d’autres questions !
      Bonne préparation

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.