Tromsø, La Paris du Nord
Lui, est graphiste et passionné de photo. Elle, est tchatcheuse et un peu paresseuse. Ensemble, ils vous font voyager sans bouger de votre canapé
retour du monde, tour du monde, islande, ecosse, laponie, finlande, suède, norvège, blog, blog de voyage, blog tour du monde, pays basque, blog photo, photographie, canada, nouvelle-ecosse
732
post-template-default,single,single-post,postid-732,single-format-standard,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,columns-4,qode-theme-ver-16.5,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Tromsø, La Paris du Nord

Tromsø, La Paris du Nord

RdM_featuredimage_RdM-980--Tromso_1

En revenant de cet #ArcticRoadtrip on était obligés de vous parler de Tromsø. Cette ville tout le monde en parle, tout le monde y passe, et presque tout le monde en tombe sous le charme. Tromsø s’est offerte à nous après la quiétude des fjords norvégiens, alors que l’on partait de notre petit coin de paradis du côté de Bardu. Petit à petit, on a vu la route s’élargir, le trafic se faire de plus en plus dense sur la fameuse route E8, et au terme d’une longue ligne droite on a aperçu Tromsøya, l’île d’une dizaine de kilomètres sur laquelle se niche Tromsø. D’abord on a vu cette île, puis le pont gigantesque qui permet de l’atteindre, et enfin la Cathédrale Arctique (qui soit dit en passant n’est pas une cathédrale) qui se dresse au pied du Tromsdalstind (1238m). Plus de doute, nous sommes bien arrivés à celle que l’on surnomme « La Paris du Nord ».

tromso_1

Ce qui surprend au premier abord c’est le côté vallonné de la ville, lorsqu’on a débarqué, le premier reflexe a été de trouver une place pour se garer. On a tourné, grimpé, tourné et encore grimpé. Les rues sont abruptes, verglacées, glissantes (Dieu bénisse la boîte automatique de la voiture pour les démarrages en côte). On a donc réussi à se garer en hauteur du côté de l’école d’art de la ville. Les étudiants sortant des cours redescendent sur les fesses la pente du parc attenant à l’école pour aller prendre le bus en bas de la ville.

tromso_2

Ce qui donne tout son charme à la ville, ce sont les vieilles bâtisses en bois qui sont construites sur les hauteurs, la ville a beau avoir été partiellement détruite durant un incendie en 1969, même les constructions modernes, hormis quelques bâtiments « furoncles », ont été pensés avec charme. Chaque vieille maison donne envie d’y rentrer et de se poser derrière les baies vitrées afin d’admirer la vue sur les montagnes encerclant la ville. Même si, de par son université et ses nombreuses écoles, la ville est dynamique et jeune, elle reste calme et reposante lorsqu’on s’y promène.

tromso_3

Alors que le soleil avait sorti ses plus belles nuances de rose, on s’est mis à déambuler dans la ville, à s’y perdre pour mieux en profiter. Même si c’est le côté ancien de la ville qui nous a charmés, Tromsø reste une ville moderne, la bibliothèque publique et la nouvelle mairie achève de nous en convaincre. A côté de cette dernière, trône encore l’ancienne mairie en bois jaune et rouge. Face à elle le petit kiosque à musique dans les mêmes tons, et une statue du roi Haakon VII, symbole de résistante face à l’occupation allemande, surveille la ville d’un air sérieux et contemplatif.

tromso_4

Après avoir passé quelques jours dans la quiétude des paysages vides de la Laponie, le retour à la civilisation d’une grande ville étudiante comme Tromsø se passe en douceur. Oui il y a beaucoup de monde qui déambule, un trafic routier important, et pourtant on se laisse doucement emporter dans ce flot tant la douceur de la ville est agréable.

tromso_5

Notre balade nous fait passer devant l’imposant siège de la banque de Tromsø (Tromsø Sparebank), puis nous fait arriver sur la vraie cathédrale de Tromsø, la Domkirke. Faite de bois jaune et gris, c’est une des plus grandes églises en bois de Norvège. Imposante par sa taille, l’intérieur n’est pas le plus beau que nous verrons durant notre séjour, l’ensemble étant assez classique.

tromso_6

tromso_7

tromso_8

Avant de terminer notre balade et d’aller récupérer notre voiture sur les hauteurs, nous faisons un petit détour par le port. Le port c’est un peu le poumon économique de la ville, que ce soit pour la pêche, le tourisme, les expéditions scientifiques (c’est d’ailleurs de là que parti Roald Amundsen pour ses fameuses expéditions polaires).  Et en effet sur le quai on a un bon résumé de toute cette activité, tandis qu’à gauche un bateau de la compagnie Hurtigruten, à droite ce sont des bateaux de pêche qui dos à dos attendent de prendre la mer.

tromso_9

tromso_10

tromso_11

Nous attaquons de nouveau la colline, en se disant qu’on aurait peut-être dû acheter des crampons à fixer aux chaussures tant la remonté est abrupte, et profitons de la nuit qui se couche tout doucement sur la ville, l’enveloppant dans une multitude de nuances de bleu.

Nous traversons le pont dans le sens inverse, et faisons un arrêt devant la cathédrale Arctique (Ishavskatedralen pour les familiers de la langue norvégienne) construite en 1965 et emblème de la ville. La visite est payante, et refusant de payer pour rentrer dans une église, et bien nous en profitons de l’extérieur admirant son architecture osée et son impression de glaçon posé là, à l’entrée de la ville. Ah oui, si jamais vous venez à Tromsø en voiture, éviter à tout prix de faire le plein dans la ville ou aux alentours proches, la municipalité majore le litre d’essence d’une petite taxe maison pour financer le réseau routier.

tromso_12

Nous reprenons la route, un ferry nous attend (enfin nous attendons un ferry, petite nuance qui a son importance en cette saison).

Le lendemain, nous referons la route en sens inverse pour un second passage à Tromsø, arrivant pour midi, nous dégusterons d’excellente bakt potet, pommes de terre au four, à la crème et aux crevettes (pas données, mais excellentes….mais pas données) dans le charmant restaurant Knoll og Tott où se croisent étudiants, familles et dockers, puis on s’en va traîner dans le Nordnorsk Kunstmuseum, le Musée d’art du nord de la Norvège. Magnifique musée avec des peintures qui nous rappellent les paysages qu’on traverse depuis quelques jours déjà. Le musée n’est pas grand  mais vaut un détour presque obligatoire, ne serait-ce que pour s’immerger des paysages de la Laponie, du Svalbard et de l’histoire de la région (en particulier un magnifique tableau de Laestadius évangélisant les Sames peint par le français François-Auguste Biard qui participa à de nombreuses expéditions en Laponie et au Spitzberg). On aura même la chance de voir l’autoportrait à la cigarette d’Edvard Münch qui fait tout le tour du pays dans une énorme valise blindée avant d’atterrir à Oslo pour une grande rétrospective de l’artiste.

tromso_13

tromso_14

En sortant du musée, on s’aperçoit qu’on y a passé plus de temps que prévu, et qu’on a loupé de quelques minutes la visite de la brasserie Mack (la brasserie de bière la plus au nord du monde…enfin jusqu’en 2010), d’ailleurs signalée dans aucun guide. On décide d’aller voir de plus près l’architecture du musée Polaria, sorte de grands dominos blancs qui se seraient renversés les uns sur les autres. L’aquarium le plus au nord du monde (arrivé à Tromsø, 90% de ce que vous ferez sera le plus au nord du monde), est lui aussi fermé.

tromso_15

tromso_16

A être loin de la civilisation on en a presque oublié à quel point la vie s’arrête sur les coups de 16/17h dans ces contrées. Alors on fait quelques photos, on observe de l’extérieur le dernier bateau chasseur de phoques et de baleines mis sous une grande cloche de verre, puis on reprend la route pour Lyngseidet et les Alpes du Lyngen où se trouve notre point de chute, en se disant que décidément Tromsø est une très belle ville, où il semble y faire bon vivre et cela à n’importe quelle période de l’année.

tromso_17


Parse error: syntax error, unexpected ''cookies'' (T_CONSTANT_ENCAPSED_STRING), expecting ')' in /home/clients/337be1eb95501dfa7fc36dcbeb160fa1/web/wp-content/themes/bridge/comments.php on line 53