Retour du Monde - Lonely Planet vous fait voyager sans bouger
Lui, est graphiste et passionné de photo. Elle, est tchatcheuse et un peu paresseuse. Ensemble, ils vous font voyager sans bouger de votre canapé
retour du monde, tour du monde, islande, ecosse, laponie, finlande, suède, norvège, blog, blog de voyage, blog tour du monde, pays basque, blog photo, photographie, canada, nouvelle-ecosse
1906
post-template-default,single,single-post,postid-1906,single-format-standard,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,columns-4,qode-theme-ver-16.5,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Lonely Planet vous fait voyager sans bouger

Lonely Planet vous fait voyager sans bouger

Récemment, 2 personnes complètement différentes de notre cercle d’amis, nous ont dit exactement la même chose « Je n’irai jamais en Laponie…mais vos photos sont magnifiques » Alors quelle a été notre réaction : déçus nous étions ou le pari était gagné ? Un peu des deux. Déçus de ne pas motiver tout le monde à aller dans les pays froids (notre côté #TeamGivrés je pense), mais d’un autre côté oui, nous avions réussi ce que nous annonçons sur notre description twitter : « Ensemble, ils vont vous faire voyager sans bouger de votre canapé ».

RdM_featured-980--LonelyPlanet_1

Certains pourront dire que ce n’est pas l’objectif d’un blog voyage.Pourtant, même si voyager est devenu « facile » : vols low-cost, l’euro présent dans la plupart des pays européens etc… cela n’est tout de même pas encore à la portée de tout le monde. Et ça, il ne faut pas l’oublier. Pourtant, le voyage est présent partout dans notre quotidien : aller d’un bout à l’autre de sa ville, c’est déjà un voyage en soi dans sa routine de tous les jours.

C’est donc aussi bien aux tourdumondistes qu’aux voyageurs de tous les jours que s’adresse le dernier né de la collection Beaux Livres de Lonely Planet « 500 façons de voyager dans son canapé » paru début octobre.

lonelyplanet_500_1

Petit aparté : j’ai d’ailleurs découvert dans l’édito de ce livre la provenance du nom de « Lonely Planet » : En 1973, Tony et Maureen Wheeler terminent leur voyage entre Londres et Melbourne. Ils écrivent un guide dans leur cuisine sur l’Asie, qu’ils ont donc traversé.  Ils décident de baptiser leur maison d’édition « lovely », en référence à la chanson de Joe Cocker « Space Captain » : « This lovely planet caught my eye ». Un lovely qui deviendra lonely, car ils ont mal compris les paroles…le nom restera. C’est donc bien à la base une chanson qui poussera des millions de voyageurs à prendre un billet d’avion.

Revenons à nos moutons, ou plutôt à ce livre, que j’ai parcouru d’abord puis, après avoir pensé à nos voyages, j’ai cherché la Scandinavie, j’ai lu le chapitre et j’ai refermé le livre. Nos futures destinations me venant à l’esprit (non non je ne vous dirai rien !), je l’ai donc ré-ouvert… puis refermé. Cet ouvrage n’est donc pas à lire d’une traite, vous l’aurez compris, mieux vaut d’abord en parcourir le sommaire.

lonelyplanet_500_3

Disques, livres, films, chaque support et chaque partie du monde sont abordés. Du fin fond de l’Irlande aux polars scandinaves, des films de Bollywood au rock’n’roll américain, toutes les références artistiques des pays et continents sont passés au crible.

Bon, vous nous connaissez un peu depuis le temps. Vous vous doutez bien que quand j’ai regardé le sommaire et que j’ai vu « Maelstrom scandinave », j’ai été OBLIGEE de regarder. Résultat : un choix de films made in tous les pays nordiques : Millénium (Suède), le Festin de Babette (Danemark) ou encore Insomnia (Norvège). Une émotion m’a traversée lorsque l’auteur évoque le Midnight Sun Festival, dont le co-fondateur est le cinéaste Aki Kaurismäki, qui se situe en pleine laponie finlandaise, dans la charmante ville de Sodankylä.

lonelyplanet_500_2

Je pourrais aussi citer le chapitre « Playlists urbaines » : une sélection éclectique entre la Motown de Détroit et l’électro de Berlin. Ou encore le chapitre dans lequel on se balade aux états-unis au rythme des séries, passant de Twin Peaks en plein état de Washington aux Experts (oui encore et toujours eux) dans la capitale de l’état de Floride, Miami. Et je terminerai les exemples par un livre d’Edward Abbey « Désert solitaire » qui apparait dans le chapitre « Ecrits sur le sable ». Un livre dont j’espère vous faire la chronique un jour. Avec des photos que William aura prises, évidemment. Comme quoi, les écrits, les films ou la musique donnent toujours l’envie de partir très loin.

Tags:
, ,

Parse error: syntax error, unexpected ''cookies'' (T_CONSTANT_ENCAPSED_STRING), expecting ')' in /home/clients/337be1eb95501dfa7fc36dcbeb160fa1/web/wp-content/themes/bridge/comments.php on line 53