Mont Ventoux, un géant au réveil - Retour du Monde - Le blog
Partis de nuit, nous sommes montés au sommet du Mont Ventoux, voir le Géant sous les étoiles et assister à son réveil avec un lever de soleil magnifique.
mont ventoux, ventoux, provence, lever de soleil, étoiles, vaucluse, bédouin, géant de provence, tour du monde, retour du monde, alpes, montagnes, mont chauve,
22669
post-template-default,single,single-post,postid-22669,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,columns-4,qode-theme-ver-13.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive

Mont Ventoux, un géant au réveil

Mont Ventoux, un géant au réveil

Généralement lorsqu’on descend dans ce que j’appelle avec une légère ironie « l’autre sud », on ne fait pas grand chose. Les vacances se réduisent à son sens le plus trivial : du soleil, des pages de bouquins dévorés à ne plus savoir quoi en faire entrecoupés de quelques interludes dans la piscine histoire de se remettre à température. Mais cette fois j’avais envie de casser les habitudes, j’avais une envie, celle de grimper sur les hauteurs du Mont Ventoux, admirer et les étoiles et voir le Géant de Provence, doucement se réveiller.

RdM-980--Featured_Ventoux

L’histoire était préparée en amont, enfin juste un peu, sauf que la météo nous a joué des tours, à croire que l’assurance d’un soleil constant, même dans le sud est de la France, tant à devenir une vieille caricature. Le créneau était choisi, pas de nuages en altitude, et puis la météo a bousculé nos plans, on a changé de jour, mais pas l’horaire du réveil : 2h30. Passer le dilemme qui consiste à savoir si il vaut mieux se coucher tôt ou carrément veiller jusqu’au départ, on a choisi de se mettre au pageot sur les coups de 23h. On savait que ça allait piquer. Et ça n’a pas manqué, les yeux collés par une ébauche de sommeil, le pas hésitant, on s’est préparés en silence, sur la pointe de pied et on a filé dans les rues endormies de ce petit bled de Provence.

C’est l’excitation qui m’a fait tenir, cette espèce de feeling flottant dans l’air qui me rappelait nos nombreuses sorties de chasses aux Aurores Boréales. Il y avait un je-ne-sais-quoi identique. On a traversé des villages endormis, la radio en sourdine histoire de garder les yeux à moitié ouverts et une bonne grosse heure plus tard, on a commencé l’ascension du Ventoux par le village de Bédouin. La route a changé de visage, les lignes droites se sont mues en lacets, les maisons se sont transformées en pins et en chênes resserrés autour de nous. De nuit, à la lueur des phares, ça avait de la gueule. Les culs blancs des biches croisant nos phares. Et au détour d’un virage les pentes arides du Mont Chauve ont commencé à se dessiner, donnant tout son sens à ce surnom du Ventoux.

On a arrêté la voiture sur le côté, au beau milieu du Col des Tempêtes, et la nuit nous a enveloppé. Lovés dans ses draps, on a retrouvé la beauté du silence, la magie d’un lieu à part éclairé par un nombre indéfini d’ampoules incandescentes. Au loin, les lumières des villages toujours endormis donnaient l’impression de foyers embrasés. Même cette « pollution » lumineuse rajoutait du charme. Sous la voie lactée, j’ai à peine perturbé le silence de la nuit par le déclenchement de mon appareil. Les lumières de l’observatoire donnaient l’impression de luire tel un phare dans la nuit, posé le long de cette bande de bitume, qui a vu passer tant de mollets de cyclistes endoloris, tant de voitures aux pneus sentant la gomme chaude.

RdM_Ventoux_1 RdM_Ventoux_2 RdM_Ventoux_3

De l’autre côté du Mont, là où se dessine la chaîne des Alpes, malgré le fait que la montre indiquait 3h45 du matin, on sentait le jour pousser la nuit, et annoncer son arrivée. Et ça on ne l’avait pas prévu. Pas aussi tôt. Alors on a peu accéléré le pas. On est montés au sommet, se rapprochant de ce phare, le ciel toujours illuminé par le passage de multiples avions, transformant le ciel en un festival d’étoiles filantes de métal. La pleine Lune, que je n’avais pas anticipé nous illuminant. J’ai rangé ma lampe frontale au fond de mon sac.

RdM_Ventoux_4 RdM_Ventoux_5 RdM_Ventoux_6

Lorsqu’on s’est retrouvés au pied de cette immense pièce de ciment et de béton qu’est l’observatoire, avec ses allures de bâtiment lunaire tout droit sorti d’un épisode de Tintin, on a pris conscience que le jour avait sérieusement pris de l’avance, entamant un sprint final. J’ai vainement cherché des yeux la Chapelle Sainte-Croix, parce que je voulais absolument l’immortaliser sous la voie lactée. Mais rien. On n’a pas trouvé. On se rendra compte une fois le jour levé, que nous étions passés à une centaine de mètres sans même la voir.

RdM_Ventoux_7 RdM_Ventoux_9 RdM_Ventoux_8

Au 1911m du Mont Ventoux, alors que la fraîcheur de la nuit commençait à bien nous rafraîchir les os, on a croisé deux ou trois personnes, venus admirer le ciel étoilé, ou en avance pour le lever de soleil. Et petit à petit on a marché au-delà du sommet pour se rendre compte que le travail du lever de soleil était plus qu’engagé. Face à la chaîne des Alpes le camaïeu de couleurs était d’une rare beauté. Du Mont Blanc au Sirac, les Alpes se découpaient en ombres chinoises.

RdM_Ventoux_10 RdM_Ventoux_32

Et puis soudain, on a très vite compris qu’on ne serait pas seuls pour assister au spectacle. Les voitures ont commencé à se déployer, les parents avec des gamins toujours endormis dans les bras, des couples main dans la main emmitouflés sous une couverture, des camping-caristes en train de faire chauffer le café, tout cette petite fourmilière a commencé à s’agiter, à choisir son emplacement et à garder sa place en sautillant sur place histoire de se réchauffer. Nous, toujours en pâmoison devant le spectacle, on a sorti les quelques sucreries qu’on avait chipé avant de partir, pour remettre un peu de carburant dans la machine, tout en pariant sur l’endroit d’où le soleil allait pointer le bout de son nez.

RdM_Ventoux_12

Entre deux coups d’œil sur la montre, j’ai admiré le ciel lisse, à peine brouillé par un nuage en forme d’avion qui à lui tout seul, là-haut, dans sa haute altitude captait tous les tons de rose orangé diffusé par la lumière du soleil à venir. Ensuite, tout a été très vite, un nuage a commencé à s’allumer, on a tous cru que c’était le soleil, puis non, ce petit farceur a pointé ses premiers rayons, juste en dessous, quelques minutes après.

RdM_Ventoux_13 RdM_Ventoux_14 RdM_Ventoux_15

Et là tous que nous étions, marcheurs, cyclistes, jeunes, vieux, hommes, femmes, on a tous mangé le spectacle en plein visage. Il y avait quelque chose de presque païen dans le spectacle. Comme une ode à l’astre solaire, qu’on a vécu tous ensemble, pendant que ce dernier indifférant à tout ça se plaçait en haut dans le ciel, dans un nouveau dégradé de couleur à faire pâlir un Pantonier.

RdM_Ventoux_16 RdM_Ventoux_17

Un par un, tout ce petit monde s’est remis en marche, les gens se sont dispersés, et nous aussi. Au loin sur la partie plate de la région, l’ombre démesurée du Géant imprimait sa marque sur plusieurs dizaines de kilomètres dans la vallée. Et d’un banc esseulé à côté duquel nous étions lorsqu’il faisait nuit, on a aperçu le radôme, cette boule blanche abritant un radar censé protéger l’espace aérien qui commençait à absorber les premiers rayons du soleil. Et puis là en bas, je l’ai vue. La chapelle Sainte-Croix, que 2 heures avant je cherchais désespérément, se trouvait simplement dans mon dos.

RdM_Ventoux_18 RdM_Ventoux_21 RdM_Ventoux_22 RdM_Ventoux_23

On a continué à marcher, on est descendus jusqu’au radôme voir quel point de vue on pouvait accrocher, et on est tombés sur d’antiques systèmes de poulies, servant sans doute pour l’unique piste de ski l’hiver ou plus simplement pour le ravitaillement, de la vallée au sommet.

RdM_Ventoux_19 RdM_Ventoux_20 RdM_Ventoux_24 RdM_Ventoux_25

Par l’autre versant on a commencé à redescendre jusqu’à Malaucène, croisant au passage de nombreux cyclistes aux conditions différentes, des plus téméraires à ceux faisant du sur place, tirant la langue avant même d’avoir attaqué les 21% de la côte. On a profité de Malaucène pour recharger les batteries à grand coup de café noir et de viennoiserie, histoire de tenir, encore un peu.

Et comme, sans trop savoir pourquoi, il nous restait encore de l’énergie, on a décidé de faire une grande boucle avant de retourner au bercail. La radio poussée à fond, un craquage en bonne et due forme sur « Beds Are Burning » de Midnight Oil plus tard, et on déambulait sur une route improbable du côté du mignon village de Suzette.

RdM_Ventoux_26 RdM_Ventoux_27 RdM_Ventoux_28

On a poussé encore pour s’enfoncer au pied des Dentelles de Montmirail, la faune et la flore se réveillant progressivement, le soleil déjà bien haut, on a terminé au pied d’une route en cul-de-sac.

RdM_Ventoux_29 RdM_Ventoux_30 RdM_Ventoux_31

Alors on a fait demi tour, un peu fatigués, la tête pleine de couleurs, de paysages, regrettant juste de ne pas avoir pu plus profiter de la nuit et des étoiles. On est rentrés à la base juste à l’heure pour mettre les pieds sous la table, de recharger les batteries à coup de bonne tambouille juste avant de s’écrouler dans les bras de Morphée pour une sieste bien méritée.

Suggestions d’accompagnement sonore :

Midnight Oil – Beds Are Burning  (CBS Records – 1987)
Car avec 2h30 de sommeil dans le cornet, ce grand classique des playlist de radio m’a suffit à, instantanément craquer, chantant à tue tête la fenêtre grande ouverte.

26 Commentaires
  • Xel0u
    Posted at 10:41h, 01 septembre Répondre

    Magnifique !

  • Cedric
    Posted at 13:25h, 01 septembre Répondre

    Holy shit. A cause de (et non pas grâce à) vous, je veux y aller aussi. Faites chier, un peu.

    • retourdumonde
      Posted at 16:58h, 01 septembre Répondre

      Tu verras, ça vaut amplement l’heure et demie de sommeil. Une fois en haut tu penseras à nous et tu nous remercieras ! 😉

  • Ségo
    Posted at 15:31h, 01 septembre Répondre

    Je suis bluffée, tant par la beauté du paysage, des étoiles, du levé de soleil, que par la qualité de tes images. Ton article est merveilleusement bien écrit, tu m’as fait rêver. Merci et bravo 😉

    • retourdumonde
      Posted at 17:00h, 01 septembre Répondre

      Merci, si on a réussi à te faire t’évader pendant quelques instants, c’est que pour nous le pari est réussi. Merci pour ton passage 😉

  • Céline
    Posted at 16:44h, 01 septembre Répondre

    Comme dit Cédric, vous donnez grave envie d’y aller; J’adore l’atmosphère de la nuit, quand personne n’est encore réveillé. J’ai une rando assez sympa faite de nuit qui devrait bien vous plaire je pense, faudrait que je pense à mettre ca en ligne, je suis sûre que ca vous donnera envie 😀

    • retourdumonde
      Posted at 17:01h, 01 septembre Répondre

      Merci Céline ! Je crois en effet me souvenir de quelques photos (sur Instagram ?) de cette rando nocturne, fais nous en signe quand ce sera en ligne !

  • mzelle fraise
    Posted at 16:56h, 01 septembre Répondre

    Ce sont les meilleures siestes celles d’après le réveil à potron-minet pour des spectacles pareils ! Je ne connais presque pas le sud-est, vous me donneriez presque envie d’y faire un tour ^^

    • retourdumonde
      Posted at 17:03h, 01 septembre Répondre

      Au final, bon on s’est écroulé, mais je pense que j’aurais pu tenir un peu plus longtemps. L’excitation de la balade, de la vue, tes yeux envoient à ton cerveau le fait que si tu tiens encore un peu, tu ne le regretteras pas… 🙂

  • Florence
    Posted at 17:02h, 01 septembre Répondre

    Sublimes ces photos ! A ajouter à ma to do 🙂

  • Bakpok
    Posted at 17:24h, 01 septembre Répondre

    Une nouvelle fois un très bel article. J’ai adoré parcourir les Dentelles de Montmirail l’été dernier quand j’ai séjourné à Vedène dans « l’autre sud’. Mon grand regret ce fut de rater le Ventoux que je voyais au loin chaque jour… mais je note qu’en tout début de journée ça peut être bien mieux qu’en journée, ça ne me serait pas venu à l’esprit à l’époque 😉

    • retourdumonde
      Posted at 18:17h, 01 septembre Répondre

      Les Dentelles pour nous ce sera la prochaine fois, je pense qu’il y a vraiment moyen de bien crapahuter là-haut, pareil à des heures intéressantes (tôt le matin ou au coucher du soleil). En journée il y a pas mal de monde et hors-saison, au calme, je pense qu’il y a plus moyen d’observer la faune sur les flancs du Géant.

  • Liilice
    Posted at 17:52h, 01 septembre Répondre

    Comme j’aime vous lire ♡ C’est toujours une aventure, une belle escapade que l’on vit avec vous, j’adore ! Merci pour ces jolies photos qui me mettent des étoiles dans les yeux et me rappellent des ptits souvenirs d’enfance, ces nuits tous les 5 couchés dans l’herbe à regarder les étoiles…

    • retourdumonde
      Posted at 18:20h, 01 septembre Répondre

      Merci, merci Liilice, nous aussi on aime te lire, sache-le !
      Je vois qu’on a le même type de souvenir, la tête sur une souche de bois ou dans l’herbe humide et le ciel étoilé en guise de couverture… 😉

  • Anne
    Posted at 18:28h, 01 septembre Répondre

    Oh trop beau ! Merci de vous être motivés pour nous offrir ces jolies photos ! En plus, tu as pris un superbe panorama de mes montagnes haut-alpines 😀 et les Grandes Rousses et ben je vis juste derrière en ce moment 😉

    • retourdumonde
      Posted at 19:15h, 02 septembre Répondre

      Même pas peur pour le réveil matinal ou tardif ! Les « Early birds » sont toujours récompensés 😉 Promis la prochaine fois, on fait un saut un dessus des montagnes haut-alpines pour venir te voir !

  • Madeleine à bicyclette
    Posted at 14:56h, 06 septembre Répondre

    Jolies photos, belle expérience. Le « nuage allumé » ressemble à un avion 🙂

  • Sophie
    Posted at 20:12h, 11 septembre Répondre

    J’ai arrêté de lire à
    « ce que j’appelle avec une légère ironie « l’autre sud » »
    Voilà.

  • Sophie
    Posted at 20:16h, 11 septembre Répondre

    Jolies photos sinon :p

  • Océalie
    Posted at 21:11h, 23 septembre Répondre

    Waaaaah, mais c’est juste magnifique. Ces clichés sont vraiment techniques, je n’ose même pas imaginer la patience que vous avez dû avoir pour capter ce spectacle nocturne. Bon, comme quoi « lautre sud » c’est pas mal aussi. J’irai voir, un jour 🙂

    • retourdumonde
      Posted at 10:03h, 24 septembre Répondre

      Merci pour ce petit message. 🙂 Je ne suis pas sûr que ce soit si techniques comme clichés, il faut tester, tester et tester pour arriver à prendre le pli, mais je te rassure il est facile à prendre. En effet, c’est pas mal des fois « l’autre sud » 😉

  • Alex // HelloMonsieur
    Posted at 21:22h, 28 octobre Répondre

    Une sacré belle journée quoi!

Laisser un commentaire