Retour du Monde - Cork, à la fin de la route...
Lui, est graphiste et passionné de photo. Elle, est tchatcheuse et un peu paresseuse. Ensemble, ils vous font voyager sans bouger de votre canapé
retour du monde, tour du monde, islande, ecosse, laponie, finlande, suède, norvège, blog, blog de voyage, blog tour du monde, pays basque, blog photo, photographie, canada, nouvelle-ecosse
2199
post-template-default,single,single-post,postid-2199,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

Cork, à la fin de la route…

Cork, à la fin de la route…

Cork, point final de ce road trip de 5 jours sur les côtes irlandaises du Kerry. Un brusque retour à la civilisation, aux voitures, au brouhaha d’une ville après 4 jours passés dans le silence des étendues herbeuses du sud est de l’Irlande. Il arrive qu’au cours d’un voyage, on passe comme ça dans une ville, un lieu, peu de temps pour la comprendre dans son intégralité, pour se l’approprier, mais suffisamment pour en avoir une première impression, un sentiment fugace qui n’appartient qu’à nous. Bienvenue à Cork, la ville rebelle.

RdM_featured-980--Cork_1

Autant le dire tout de suite, si vous cherchez un récit détaillé des curiosités de la ville, vous ne trouverez rien de tout ça ici. On a rallié la capitale du comté du même nom dans le speed, le rush, parce qu’on était terriblement en retard suite à des travaux sur la route. En plus c’était notre dernière étape, notre dernière nuit avant de quitter le sol aux couleurs orange de l’Irlande. Et comme quiconque a déjà voyagé le sait, le retour, la fin est toujours emprunte d’une certaine nostalgie, et quand en plus vous avez vécu votre voyage dans le silence des plaines, des montagnes et de la mer, retourner dans une grande agglomération a un côté « Back to reality » parfois un peu violent et brutal.

Après les b’n’b cosy, les hôtels vides, on a posé nos pompes boueuses dans un hôtel un peu miteux, en travaux où se croisent des VRP à chemises jaunâtres, et des touristes perdus. Avec les images de Ballaghbeama Pass encore dans la tête on a eu un mal fou à atterrir, alors on a flâné dans la nuit de cette ville portuaire, on a fait nos derniers achats, on a été se remplir la panse une dernière fois des joyeusetés culinaires qu’a à offrir l’Irlande, dans une superbe restau conseillé par Julie, et on a été mettre la viande dans le torchon.

Le lendemain matin rien à faire, la nostalgie de la fin est toujours là, nous collant à la peau comme un k-way humide, alors pour conjurer le sort et pour se mettre une dernière poussée d’adrénaline on a décidé de jouer la montre. On devait décoller de la ville à 9h15, on avait donc un chouilla plus d’une heure pour se faire une opinion de la ville, notre opinion. Pas celle de quelqu’un qui y passera un week-end ou 5 jours, non juste celle de nous se donnant 1 heure, comme ça juste pour voir. On est sortis de l’hôtel et on a vu le soleil se lever au-dessus de la Lee River, comme un dernier pied de nez au temps exécrable qui nous avait suivi durant la quasi totalité du voyage.

cork_1

Sur Brian Boru Street, on a croisé les travailleurs en partance pour le boulot, on a remonté la rue, passé devant un bowling suranné à la devanture turquoise et à l’enseigne néon légèrement défraîchie, et face à nous Trinity Church et son presbytère aux allures de manoir hanté ou de maison d’Harry Potter. Nous encerclant, une foule de gamins se croisent, se bousculent, se chamaillent en uniformes. On observe, on regarde, on s’imprègne, mais le temps file alors on ne s’endort pas.

cork_2

cork_3

On remonte Sraid Mhic Churtain, qu’on a emprunté la veille au soir, un peu paumés dans une ville inconnue. On passe devant le magnifique bâtiment de l’hôtel The Gresham Metropole datant de 1897 et designé par Arthur Hill. Hôtel de luxe autrefois construit pour les business man de passage, venus traiter dans l’un des ports les plus importants du pays.

cork_4

cork_5

Au détour d’une boutique, sans doute un pub, on est passés devant une ruelle de pierres sombres, tout au bout, tombant d’un mur naturel d’une dizaine de mètres, une cascade vient mourir dans un bassin de petits poissons, le tout au pied de la véranda d’un B’n’B. On lève les yeux, au dessus de nous, entre les murs de briques rouge sombre, une poutrelle métallique et ce qu’il reste d’une poulie, preuve du passé industriel de la ville de Cork.

cork_6

cork_7

Alors qu’il n’est même pas 8h30, on croise la devanture d’un fish’n’chips, j’ai beau être un aficionados, pas sûr que là, tout de suite, je serais prêt à en manger un….quoi que. Il fonctionne sur le même principe que la friterie Antoine à Bruxelles, pas de place pour manger ni boire, alors le patron a passé un accord avec le pub en face. Lui fournit la pitance, le voisin d’en face, les boissons. Echange de bons procédés. Rien n’est vraiment compliqué en Irlande quand il s’agit de boire un coup.

cork_8

cork_9

On s’enfonce dans les bas-fonds, le flot d’écoliers commence à se raréfier, et nous voilà dans une rue d’une dizaine de mètres à peine, Pine Street. Perpendiculaire à la Lee River, coincée entre un parking, et les murs presque aveugles d’un bâtiment. C’est l’explosion de couleurs, notre petit moment street-art. Pour avoir traîné dans le milieu, c’est toujours intéressant de voir comment une ville, un pays arrive à se démarquer en apportant sa touche, son style, ses influences. Et là dans cette toute petite rue, c’est un condensé de style. Ca commence par deux pièces colorées, un peu plus classiques et ça continue.

cork_10

cork_11

Ca continue avec des pièces différentes, plus poétiques, métaphoriques où les artistes ont pris en compte l’espace qui leur était donné. Ce personnage dans un bateau, tandis qu’un autre semble se noyer, peint tout pile dans la largeur de la fenêtre. A ses côtés deux petits bonhommes.
Et en guise de symétrie, sous l’autre fenêtre, sans doute ma pièce préféré de la rue, ce regard de femme, bi-chrome, mystérieux, traité comme si il avait été exécuté à la plume et à l’encre de chine d’où ressort ce regard bleu profond, digne d’une bd des années 70.

cork_12

cork_13

Et ça se poursuit dans toute la rue, ici des points multicolores, ensuite des formes géométriques en noir et blanc qui s’enchaînent avec une scène de la théorie de l’évolution toute personnelle, pour terminer en apothéose, puisque tout le coin du bâtiment, sur fond violet, est habité par des personnages à l’allure oscillant entre le poisson et le vers de terre. Bref c’était Pine Street et ses couleurs. Condensé de la scène graffiti de Cork.

cork_14

cork_15

cork_16
 Le soleil continue de monter au-dessus de la ville et nous on termine notre rapide tour, passant devant la Crawford Art Gallery, où le long de ses grilles, avait lieu hier soir un shooting de mode à l’arrache, avec un modèle se gelant la peau, un photographe allongé sur le sol tandis qu’un assistant se tapait des crampes à porter les lumières. La dernière image de se voyage ce sera cette enseigne Murphy’s qui prend la totalité de la hauteur d’un pub. Murphy’s bière emblématique de Cork, et ennemie légendaire de la Guiness dublinoise.

cork_17

cork_18

cork_19

cork_20

Voilà c’en est terminé de Cork, on repart au pas de course chercher les bagages à l’hôtel, on attend patiemment à la gare routière que l’un des bus Eireann nous dépose à l’aéroport. Vous l’aurez compris, on a pas eu le temps de découvrir dans la ville, mais toutefois, ne voulant pas rester ignorants, on a décidé de se faire un avis comme ça rapide, d’essayer d’attraper une ambiance au vol, de se faire un avis pas forcément juste mais de se faire un avis quand même. Et puis qui sait, on y reviendra sans doute, juste pour voir si notre impression était bonne ou non.

Slán Éire ! 

11 Commentaires
  • argone
    Posted at 16:46h, 14 janvier Répondre

    C’était court …. mais c’est beau quand même ! La Trinity church est un peu freaky … très belles photos, bravo !

  • Curiosités à NY
    Posted at 17:06h, 14 janvier Répondre

    Merci pour ce superbre voyage en Irlande!!!
    Curiosités à NY Articles récents..Ootoya, cuisine traditionnelle japonaiseMy Profile

  • Laurent
    Posted at 23:02h, 14 janvier Répondre

    J’avoue, au grand désespoir de mes collègues de l’époque dont certains étaient originaires de Cork, que je n’ai jamais eu de véritable coup de foudre pour cette ville. J’y suis passé plus d’une fois en me rendant dans l’ouest depuis Dublin, mais bon … des pubs sympas quand c’est le déluge dehors, mais sinon … la Murphy est bonne, mais la Guinness aussi 😉
    Laurent Articles récents..Samarcande, cachez cette ville que je ne saurais voirMy Profile

    • retourdumonde
      Posted at 17:13h, 19 janvier Répondre

      Au fond peut être que la ville ne donne pas grand chose, mais c’est marrant d’essayer de se faire une impression comme ça d’une ville en un one shot de quelques heures.

  • Carnets de Voyage Photos
    Posted at 20:49h, 15 janvier Répondre

    Chouette voyage! J’adore le concept du pub et du resto qui collaborent. J’ai plutôt du mal à imaginer ça en France (quoi que, on sait jamais !) 😉

  • Maïder
    Posted at 22:56h, 15 janvier Répondre

    Y revenir ? Naaan vous feriez mieux d’aller faire un tour au Nord si prochaine session irlandaise il y a 😉
    Je n’ai pas mis les pieds à Cork lorsque je vivais à Dublin, je n’étais déjà pas bien motivée et l’on m’avait bien refroidie sur « l’intérêt » de sa visite…
    Maïder Articles récents..Randonnée dans le Jura : Le Creux du VanMy Profile

    • retourdumonde
      Posted at 17:08h, 19 janvier Répondre

      Y revenir, ou juste y passé, en tout cas peut être prendre un peu plus le temps de pousser la visite de la ville. Et si on retourne en Irlande, pour sur ma bonne dame qu’on pousseras vers le nord 😉

  • Marine
    Posted at 19:24h, 27 avril Répondre

    Ah ma chère et tendre Cork ! J’y vis depuis quelques mois maintenant, alors je n’ai certainement pas un avis très objectif, mais j’éprouve une telle affection pour cette ville que je ne peux pas m’empêcher de laisser un commentaire !
    J’avouerai tout de même qu’il n’y a pas vraiment d’intérêt touristique à Cork à proprement parler (ou du moins, on ne vient pas en Irlande juste pour venir à Cork et repartir). Mais ici, on vient pour l’ambiance, pour le véritable « craic » (à prononcer « crak » et qui pourrait se traduire par « fun ») à l’irlandaise. Pour boire une pinte de Murphy’s, se balader autour de l’Université et se croire à Poudlard, ou faire un tour au marché couvert ! Et si leur coeur nous en dit, aller passer l’après-midi à la plage à Kinsale ou dans la campagne à l’ouest du comté.
    Pour avoir un peu parcouru l’Irlande, j’ai aussi eu l’impression que Cork est le parfait équilibre entre l’hospitalité irlandaise et la vie urbaine (à l’échelle irlandaise toutefois, avec 150 000 habitants c’est tout de même la deuxième ville du pays…) !

    J’espère que vous aurez l’occasion de revenir un jour à Cork et de lui donner quelques jours, c’est vraiment une ville attachante et aux habitants charmants !

    Merci pour cet article, et slán !

  • Math-Monde
    Posted at 17:56h, 02 mai Répondre

    Je n’ai pas eu de coup de coeur pour Cork mais je dois bien avouer qu’un lever de soleil sur la rivière ne peut que me mettre de bonne humeur !

  • Toute Ouïe
    Posted at 19:18h, 17 mars Répondre

    ah Cork, ma ville! Tu n’as pas parlé de Lennox, le meilleur fish and chips d’irlande!

    • retourdumonde
      Posted at 00:30h, 19 mars Répondre

      Je ne connaissais, mais peut-être une prochaine fois 😉

Laisser un commentaire