Retour du Monde - Snæland, L'Islande l'hiver - Itinéraire
Lui, est graphiste et passionné de photo. Elle, est tchatcheuse et un peu paresseuse. Ensemble, ils vous font voyager sans bouger de votre canapé
retour du monde, tour du monde, islande, ecosse, laponie, finlande, suède, norvège, blog, blog de voyage, blog tour du monde, pays basque, blog photo, photographie, canada, nouvelle-ecosse
2295
post-template-default,single,single-post,postid-2295,single-format-standard,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,columns-4,qode-theme-ver-16.5,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Snæland, L’Islande l’hiver – Itinéraire

Snæland, L’Islande l’hiver – Itinéraire

Bon ça commence un peu à devenir une constante, à chaque hiver un voyage froid, un voyage givré, mais surtout chaque année après réflexion on se retrouve avec deux parcours dans des coins différents.  En 2012 on avait hésité entre la Finlande et la Norvège, l’année d’après on a fait l’Arctic Roadtrip en Norvège, Suède, Finlande. L’année dernière on a hésité entre la Laponie et l’Islande, du coup c’est l’Islande qui est sortie du chapeau cette année. Bon on ne vous dit pas avec quoi on a hésité cette année, sinon ça vous révèlerait la destination de l’an prochain. C’est donc parti pour 11 jours en Islande, ou Snæland comme on disait autrefois.

RdM_featured-980--Snaeland_1

Un peu plus de stress, et d’inconnues cette fois-ci. On sait que l’Islande est un pays capricieux, que ce soit au niveau météo, sismique, mais surtout on savait qu’en s’engageant dans un road trip en hiver, on allait devoir ruser pour dégager un itinéraire qui soit faisable. Durant cette saison il faut oublier les routes intérieures, et en particulier la F35 qui nous faisait de l’œil. Et comme, à force, on continue d’être inlassablement attirés par le Nord, quand on a posé les bases de ce voyage sur le papier on avait une idée en tête : Akureyri (merci au polar « L’ange du matin » d’ Árni Thórarinsson de nous avoir mis ça en tête) et Myvatn.

On a fait contre mauvaise fortune bon cœur, on a mis de côté Vik, Jökulsarlon, les glaçons à la dérive, le cercle d’or et les plages de sable noir, et on a tracé une route là-haut, plus au nord. On a la chance d’avoir autour de nous quelques spécialistes de l’Islande, alors on a demandé à Cécile et puis surtout à Sophie qui est actuellement sur place, puis petit à petit on a dégagé un semblant de boucle, qu’on a peaufiné petit à petit.

Comme d’habitude, sur la carte c’est l’itinéraire prévu, mais là encore les routes sont ce qu’elles sont, et les conditions climatiques aussi. J’ai passé mes journées au boulot, les yeux rivés sur la carte interactive de Vegagerdin pour dégager une moyenne des routes accessibles, des plus susceptibles d’évoluer, de changer, d’être fermées. J’ai eu une crampe à force de F5 pour rafraichir la page. Pour être honnête on s’était dit qu’on bosserait un plan B, et puis bon au final, on n’en a pas, on verra comment ça se passe. Au pire on pourra toujours demander à Sophie de venir en renfort sur ses chevaux islandais.

Affiche-1000--Islande-Trip_1

Pas facile de trouver des hébergements quand le pays accueille la majorité de ses touristes en été, on a parfois lancé des bouteilles à la mer, sans avoir de réponses, tout simplement parce que le coin était délaissé en hiver. Mais on a eu la bonne surprise de constater qu’à cette période les prix sont divisés par deux. Comme toute personne qui se rend en Islande, et qui y loue une voiture, on s’est arraché les cheveux sur les sites de locations de voitures, pour jeter notre dévolu sur SadCars parce qu’au fond on s’en fout d’avoir une voiture pimpante et flambant neuve (même si on prend l’habitude du volant chauffant après avoir passé 2 heures dans le froid à regarder les aurores boréales).

Exceptionnellement cette année, les étapes risquent d’être plus longues sans être insurmontables, mais on commence à avoir l’habitude, on sait à peu près ce qu’on peut encaisser comme kilomètres par jour, et surtout on sait qu’on s’arrête souvent pour prendre l’air, une claque visuelle, ou juste pour s’extasier.

L’idée c’est donc de partir de Reykjavik, de monter jusqu’à Hvammstangi, puis longer la côte jusqu’à Sauðárkrókur, continuer cette côte jusqu’à Akureyri, puis Mývatn pour y rester 2 nuits, et repartir par la route numéro 1 , remarcher un peu sur nos pas vers Varmahlíð. Après ça on tirera plein ouest, Búðardalur pour rentrer dans la péninsule de Snæfellsnes, puis Búðir et son église noire, et redescendre doucement sur Reykjavik et prendre le temps d’amener un peu de France à Sophie, avant qu’elle n’embarque pour le Groenland.

Bref, un sacré programme, pleins d’inconnues. Changement de matos photo aussi juste avant de partir, à quelques jours du départ on n’avait pas encore tout réceptionné, autant vous dire que ça n’a pas aidé à faire redescendre le petit stress post départ.

Comme d’hab on sera du coup un peu off sur le blog, mais vous aurez toujours la possibilité de nous suivre sur notre compte twitter @RetourduMonde via le hashtag #Snæland ainsi que sur nos Instagram respectifs à moi et Cécile, et aussi un peu (mais moins) sur notre page Facebook.

On espère en prendre plein les yeux, et pas seulement à cause des « snow showers », on espère voir des Aurores Boréales, même si c’est un peu calme en ce moment. Sur ce je vous laisse j’ai encore les bagages à finir, et il ne faut surtout pas que j’oublie le maillot de bain.


Parse error: syntax error, unexpected ''cookies'' (T_CONSTANT_ENCAPSED_STRING), expecting ')' in /home/clients/337be1eb95501dfa7fc36dcbeb160fa1/web/wp-content/themes/bridge/comments.php on line 53