Taz Records, disquaire institution d'Halifax - Retour du Monde - Le blog - Comptes-rendus et anecdotes de voyage autour du monde
La dernière étape du voyage en Nouvelle-Écosse avant de reprendre l'avion, c'est le disquaire Taz Records, une institution à Halifax.
taz, taz records, halifax, canada, disquaire, records shop, nova scotia, nouvelle écosse, retour du monde, vinyle, vinyl
23777
post-template-default,single,single-post,postid-23777,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

Taz Records, disquaire institution d’Halifax

Taz Records, disquaire institution d’Halifax

Quand arrive la fin d’un voyage et le blues qui l’accompagne, on se raccroche indéfectiblement à des choses qui nous rassurent, à des choses qui nous font plaisir et peu importe si ces dernières sont matérielles. Après notre dernier lever de soleil mémorable au-dessus de Bedford Bassin, juste avant de prendre l’avion du retour on a déambulé dans les rues d’Halifax et j’ai volontairement, mais habilement, dévié nos pas chez Taz Records, disquaire institution d’Halifax.

RdM---Featured_PV_TazRecords

Soyons honnêtes : depuis que nous sommes rentrés de la Nouvelle-Écosse, cinq vinyles traînaient dans un sac, attendant de pouvoir être rangés ou classés. Pour ça j’étais obligé de faire cet article, car arrive un moment où passé un certain nombre de vinyles – des sources officieuses parlent d’une fourchette entre 1500 et 2000 – vous n’arrivez plus à savoir quoi a été acheté où.

Pour en revenir à Taz Records, comprenez moi, il fallait que je me console du départ, du voyage passé, du retour à venir, j’avais besoin de repartir avec quelques vieilles galettes sous le coude. Le temps nous était compté et contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, Halifax recèle quelques bonnes adresses pour les crate digger voyageurs. Le site AUX s’est même fendu d’un Ultimate Guide sur les disquaires de cette ville.

RdM_PV_TAZRecords_1RdM_PV_TAZRecords_2

Le choix était simple, j’ai pris le premier de la liste qui était en plus le plus proche et semble-t-il, l’un des plus fournis. L’un des plus vieux et des plus grands disquaires de la côte Atlantique canadienne, Taz Records a ouvert ses portes en 1983 après un coup de tête et une envie folle de son fondateur Bob Switzer.

Taz Records était le lieu parfait pour moi, le collectionneur pressé, des allées à perte de vue, des bacs remplis à ras bords rangés, classés, des galettes étiquetées, annotées, dans tous les styles. Des K7 pour les old-timers des années 90, du matos, des cellules, des cds, et même des t-shirts et des casquettes à l’effigie du shop. C’est dire si Taz est une institution.

RdM_PV_TAZRecords_9RdM_PV_TAZRecords_7

Aux premières heures du matin, dès l’ouverture, la foule ne se bousculait pas, ce qui n’était pas plus mal. Moi chez un disquaire j’aime prendre mon temps, sauf que voilà, la matinée était courte, l’emploi du temps, serré, j’ai donc dû passer la seconde, fouillé les bacs en 4e vitesse, fait mes sélections, caché quelques disques tout au fond des bacs, histoire de pouvoir retrouver mes petits plus rapidement. Oui le crate diggers est sournois, rusé pour être sûr de repartir avec la pépite qu’il a repéré.

RdM_PV_TAZRecords_4RdM_PV_TAZRecords_3

J’ai laissé Cécile fouiller les bacs de musique locale, elle en est revenue avec un de ces fameux albums dit touristiques « This is Cape Breton! » dont la pochette vaut à elle seule le détour. Entre interview et musique folklorique ce sera parfait pour une base de sample dans laquelle venir piocher pour illustrer le carnet de voyage ou la vidéo de ce voyage. Ces albums que j’appelle « touristiques » se vendaient beaucoup dans les années 70. C’était le souvenir que l’on ramenait de vacances, parfois même produit par des chaînes d’hôtel, des croisiéristes ou d’autres types de marques. Je le sais, mes grands-parents en avaient toute une collection.

RdM_PV_TAZRecords_8RdM_PV_TAZRecords_6

Quand à moi j’ai rapidement fait ma sélection, j’ai éludé des choix, fait des changements, suis reparti puiser dans mes sélections bien cachées, et j’en suis ressorti avec plus de vinyles que prévu. Il faut dire que chez Taz Records on sait ce qu’on vend – j’entends par là que certaines galettes peuvent être onéreuses – mais on sait aussi faire plaisir. Des originaux entre 8 et 10 $CAD voire même parfois pour 5 $CAD. Je vous laisse faire le calcul, mais ça fait une fourchette entre 3 et 7 €. Trouvez moi ça à Paris et je signe de suite !

RdM_PV_TAZRecords_5

Taz Records est un disquaire passionné, qui en plus de choyer ses clients à base de petits concerts privés, fait en sorte de maintenir des prix aussi bas que possible et comme le résume si bien le propriétaire actuel : « Vous ne pouvez pas quitter notre disquaire malheureux, ce n’est pas possible ». Personnellement de ce côté là, je suis ressorti comblé.

RdM_PlaneteVinyle_pictoTaz Records

1521 Grafton Street / Halifax, NS, B3J 2B9

Heures d’ouverture :
Lu-Ven. : 10h/19h – Sam. : 10h30/ 19h – Dim. : 12h/17h
Site internet | Facebook

J’ai craqué pour :
Brook Benton – Shadrack (If You Believe)

Mercury – 1962 – SR 60619 – US Pressing
Brook Benton – Go Tell It On The Mountain

Brenda Lee – Here’s Brenda Lee

Vocalion – 1967 – VL 3795 – Canadian Pressing
Brenda Lee – Ballin’ The Jack

Wynonie Harris – Good Rockin’ Blues

Gusto Records – 1976 – GD 5040 – US Pressing
Wynonie Harris – Man, Have I Got Troubles

Ethel Waters – Ethel Waters (Shades of Blue)

Remington – 196? – RJ 504 – US Pressing
Ethel Waters – I Shoulda Quid When I Was Ahead

Pas de commentaire

Laisser un commentaire